Service communication

Le 09/07/2019
à 10h06

Une pullulation de Bombyx sur le massif des Maures

Ces derniers jours, des papillons ont pullulé dans le ciel de la commune. Le pic de ce phénomène dû a l’invasion de la chenille du bombyx sur l'ensemble du massif forestier est passé.

Les collines Borméennes ont pris une coloration automnale ces derniers jours. La cause : Une attaque de Bombyx disparate dans le massif forestier. Cet insecte, qui se nourrit principalement de feuillus, a provoqué des dégâts de défoliation très importants sur le secteur de la vallée de La Môle en s'attaquant principalement aux chênes-lièges, elles n’ont pas assez à manger s’en prennent aux autres arbustes, comme les filaires ou les bruyères. Les zones atteintes se sont étendues depuis le mois de juin pour couvrir à ce jour plu de 5 000 ha.

En partenariat avec les équipes municipales, l’ASL Suberaie varoise réalise un travail de surveillance de l’état sanitaire des forêts et recense l’évolution de cette invasion dans le cadre de sa mission au titre du Département de santé des forêts. La lutte est engagée pour l'élimination des pontes du bombyx au stade de chenille, sans détruire les autres insectes du secteur. Parallèlement, une régulation naturelle de la population de bombyx va s’opérer dans les deux à trois prochaines années, grâce à une hausse de la population des prédateurs ainsi qu'aux facteurs abiotiques (climatiques).

Pour ne pas nuire à cette régulation naturelle, il est très important de ne pas essayer d'intervenir de manière individuelle par des traitements chimiques ou autres. Concernant le cas spécifique du chêne liège, il est fortement déconseillé de réaliser des opérations de levée de liège, car cela rajoute un stress à l'arbre qui pourrait lui être fatal. Les arbres atteints sont entièrement défoliés. Ceux-ci ne sont pas morts mais stressés et vont puiser dans leur réserve pour refaire des feuilles. Les défoliations totales ne durent généralement que deux ans et sur des peuplements à l'état sanitaire faible.

  • Il ne faut pas confondre le bombyx avec la processionnaire du pin. Celui-ci qui n'est pas urticant, n'est pas dangereux pour l'homme, ni pour ses prédateurs naturels et climatiques.

 

Actualités Articles liés