Service communication

Le 07/05/2020
à 14h34

Un devoir de mémoire

C'est un 8 mai particulier, un 8 mai en confinement, un 8 mai en période de pandémie. Mais c'est un jour fort et symbolique dans l'histoire de notre pays que Bormes se devait de célébrer, malgré des conditions inédites. Ce matin, le maire et ses élus ont tenu à rendre hommage aux héros et victimes du plus grand conflit que l'humanité ait connu.

"Ce matin, confinement oblige, un comité très restreint m’a accompagné pour un simple dépôt de gerbe au monument aux morts de la Mairie afin de commémorer la fin de la seconde guerre mondiale le 8 mai 1945 il y a 75 ans.
L’épidémie de COVID19 ne nous a pas permis de rendre l’hommage qu’ils méritent à nos héros. C’est pour cela que dans les lignes qui suivent, j’ai souhaité rappeler quelques éléments marquants du plus grand conflit que l’humanité ait connu.

Le 8 Mai 1945, le Général de Gaulle s’adressait aux Français dans un discours radiodiffusé pour annoncer la fin, sur le continent Européen (le Japon n’ayant capitulé que le 2 septembre 1945) de la seconde guerre mondiale.
65 millions de victimes:
25 millions de soldats et 40 millions de civils.
6 millions de personnes mortes en déportation.
La bataille de Stalingrad en Russie a fait en 6 mois 1,2 millions de morts dont 800.000 russes.
Les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ont fait plus de 250.000 morts.
2 débarquements sur le sol français:
Le 6 juin 1944 en Normandie : 5.000 navires, 10.000 avions, 135.000 hommes et en tout + de 2 millions d’hommes engagés dans la bataille de Normandie
Le 15 Août 1944 en Provence : 2.200 navires, 2.200 avions, 400.000 hommes engagés en tout dont 270.000 français.
61 nations ont participé à ce conflit, engageant en tout 100 millions de soldats.

Pour ce qui concerne notre pays, nous pouvons notamment retenir :
Quelques hommes : Les Généraux de Gaulle, Giraud, Leclerc, Delattre de Tassigny.
Jean Moulin qui a incarné le visage de la résistance ou encore Rol Tanguy commandant la résistance parisienne en 1944 pour la libération de la capitale.
Quelques faits et dates :
Bormes a été libérée le 17 août par les commandos d’Afrique et des parachutistes américains.
Les massacres d’Oradour sur Glane 642 victimes et de Tulle 218 morts.
Le Maquis du Vercors symbole de la résistance française verra 639 combattants et 250 civils tués.
Les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13.000 juifs sont entassées au vélodrome d’hiver « le Vel d’hiv » et déportés, dont le tiers d’enfants.

Quelques chiffres :
Les pertes françaises sont de 550.000 personnes militaires et civils.
En juin 1944, la France comptait environ 200.000 personnes engagées dans la résistance.
550.000 tonnes de bombes déversées par les alliés sur la France (soit 20% des bombardements alliés) ayant fait 75.000 morts.
Le 27 novembre 1942, la flotte française se saborde dans le port de Toulon.

Bien entendu la liste ci-dessus est totalement incomplète mais cet aperçu nous en dit déjà long sur l’horreur et l’ampleur du conflit.
Six Borméens sont morts au combat ou en service durant la seconde guerre mondiale : Philippe CHAROLOIS, Henri FOLEAS, Charles MICHEL, Félix SENEQUIER, Guy TEZENAS, Dominique VALENTE.
J’ai aussi une pensée pour Robert CHIAZZO, Borméen, héros des commandos d’Afrique qui nous a quitté en janvier dernier.
75 ans que notre sol n’a plus connu la guerre. C’est la période la plus longue de toute l’histoire de France sans conflit sur notre territoire.
Souvenons nous en et tâchons que cela dure encore très longtemps.
Appuyons nous sur la force et le courage dont ont su faire preuve nos aînés pour affronter les épreuves que nous traversons.
A très bientôt, prenez soin de vous et de vos proches."

Votre Maire
François ARIZZI