Service communication

Le 12/11/2020
à 10h36

Célébration du 11 novembre maintenue mais en comité restreint

A l’occasion de la commémoration du 11 novembre et Compte-tenu de la situation exceptionnelle liée à l’état d’urgence sanitaire, la commémoration s’est déroulée en présence d’un nombre très restreint d’autorités civiles et militaires et en l’absence du public. Retrouvez le discours du maire François Arizzi, qui a choisi de s’exprimer par voie des réseaux sociaux pour marquer la célébration du 102ème anniversaire de l’Armistice de 1918.

" Chères Borméennes, chers Borméens,

En ce 11 novembre, en raison du confinement, nous n'avons pu faire une cérémonie ouverte à tous au monument aux morts comme chaque année. Seule une gerbe y a été déposée en petit comité.

C’est pour cela que je souhaite, de manière très succincte, revenir avec vous sur cet épisode dramatique de l’histoire de France. Cette guerre a été appelée « Première guerre mondiale ». En effet, elle n’a pas simplement opposé deux pays, mais 24 états souverains et au moins autant de colonies (aujourd’hui devenues des états souverains) qui ont pris part à ce conflit. Un total de plus de 50 belligérants !

Le 11 novembre 1918 dans un wagon dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne, les chefs d’état-major alliés dont le Maréchal Foch et le général Weygand pour la France, ont signé l’armistice entre l’Allemagne et les alliés, mettant entre parenthèse la guerre la plus meurtrière que le monde ait connu jusqu’alors. La véritable fin du conflit n’ayant lieu que le 28 juin 1919 par la signature des accords de Versailles.

Ce conflit a été particulièrement atroce. Entre 18 et 20 millions de morts et d’invalides. Des populations civiles qui n’ont pas été épargnées, une épidémie de grippe espagnole qui a causé quatre millions de morts supplémentaires entre 1918 et 1919. En France entre les morts et les blessés, c’est près de 30% de la population active masculine qui n’est plus opérationnelle.

La guerre de 14-18 restera dans les mémoires comme celle de l’enfer des tranchées. Deux lignes face à face, dans le froid, la boue, les restrictions, des conditions absolument incroyables et insupportables. Des déluges d’obus et des batailles qui vont provoquer des centaines de milliers de morts.

Parmi ces batailles on peut retenir :

La bataille de la Marne en 1914 et ses célèbres taxis, plus de 1000 taxis parisiens amenant vers l’avant en une nuit 4000 hommes pour tenir le front en danger.

La bataille de Verdun en 1916 qui a fait plus de 700 000 victimes.

La bataille de la Somme en 1916 la plus meurtrière avec 1 060 000 morts.

La Bataille du Chemin des Dames en 1917 et ses 500 000 morts, prélude aux mutineries de 1917 qui provoquèrent plus de 3500 condamnations dont 1381 aux travaux forcés, 554 condamnations à mort, dont 49 réellement exécutées.

La plus grande bataille navale de la première guerre mondiale, la bataille de Jutland qui a mis aux prises 250 navires anglais et allemands.

A l’extérieur du territoire national on peut citer la Bataille des Dardanelles entre d’un côté les forces Françaises et Britanniques et de l’autre les forces turques de l’empire Ottoman. Elle a fait 500 000 morts.

De nombreuses batailles, des morts par millions, l’utilisation de gaz dont le fameux gaz moutarde, une guerre pour la première fois sur terre et sous terre, dans les airs, sur et sous l’eau, avec l’emploi de nouvelles technologies dont le téléphone, de la force mécanique avec les chars, et tant d’autres technologies qui ont fait de la première guerre mondiale, la première guerre des temps modernes.

Une génération sacrifiée, une génération qui ne s’est pas posée de question sur le fait de savoir quelle était sa couleur de peau, ou sa religion, une génération unie pour défendre le territoire national, prête au sacrifice ultime. Une génération soudée face à un ennemi commun. C’est cet état d’esprit, cette volonté de défendre nos valeurs qui aujourd’hui devrait prévaloir. Souvenons-nous du sacrifice de nos anciens, inspirons-nous de leur courage et de leur volonté afin demain de bâtir un monde meilleur.

Vive Bormes les Mimosas, vive la République, vive la France".

Actualités Articles liés